Tag Archive for juifs

« Être Juif dans le cinéma hollywoodien classique » : un petit livre qui met les choses au clair

Panique à l’hôtel (1938) [DP]

En 1968 Albert Memmi faisait paraître l’essai L’Homme dominé accompagné du sous-titre : « le Noir, le Colonisé, le prolétaire, le Juif, la femme, le domestique ». Il annonçait ainsi ce qui deviendra une évidence pour les cultural studies américaines, à savoir qu’on ne peut comprendre les mécanismes de domination que si l’on admet qu’ils relèvent peu ou prou des mêmes logiques et stratégies, que l’on soit une femme, un Noir, un Juif ou un pauvre.

Read more

Racisme et antiracisme dans le cinéma américain

(The Mysterious Dr. Fu Manchu, 1929, DP)

Le cinéma est né aux Etats-Unis trente ans après la fin de l’esclavage et cinq après la fin de la conquête de l’Ouest. Comment imaginer dès lors qu’il n’ait pas été  imprégné de l’idéologie raciste liée à la traite des Noirs et au génocide amérindien. Comme nous allons le voir, très tôt le cinéma américain va exploiter les stéréotypes raciaux pour dénigrer les « Autres », les non-Blancs comme les Noirs, les Natives ou les Asiatiques, mais aussi les « presque Blancs » comme les « white ethnics » parmi lesquels les Italo-américains notamment. Il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour qu’Hollywood commence à reconsidérer – encore très timidement – ses archétypes racistes, avant que les années post-68 marquent un véritable changement radical pour les minorités dans les films US.

Read more

1940 : Charlot prend la parole contre Hitler

Le Dictateur (Charlie Chaplin, 1940) [domaine public]

Le Dictateur (Charlie Chaplin, 1940) [domaine public]

L’histoire est connue, en 1940 Charlie Chaplin sort Le Dictateur, incroyable satire vengeresse sur l’homme sans doute le plus puissant et le plus redouté d’alors, Adolf Hitler, alors au sommet de sa gloire. On croit avoir tout dit sur ce film, pourtant je voudrais revenir ici sur un aspect particulier de l’œuvre, à savoir la question de la voix de Charlot, et tenter de démontrer qu’avec ce film, Chaplin, qui ne pouvait pas se taire face à la tragédie en cours, choisit de sacrifier son double pour délivrer son message antinazi au monde

Read more

Presse & islamophobie 2 : rhétoriques propagandistes

(photo Steve Evans de Bengalore, 2005, détail) [CC BY 2.0]

(photo Steve Evans de Bengalore, 2005, détail) [CC BY 2.0]

Dans la continuité de mon premier article « Presse & islamophobie : qu’en est-il ? » posté au lendemain des attentats de Charlie Hebdo (janvier 2015), voici une réflexion sur la rhétorique propagandiste islamophobe à l’œuvre dans plusieurs Unes de la presse d’opinion française depuis maintenant de nombreuses années – essentiellement dans la presse conservatrice (Le Point, L’Express, Marianne, le Figaro, Valeurs Actuelles…)

Cette réflexion m’a été inspirée par une phrase de Thomas Deltombe, auteur de l’Islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France (1975-2005) (éd. La Découverte, 2005) qui concluait une conférence de 2014 par : « Je ne sais pas si il y a des travaux de comparaison qui ont été faits sur la propagande antisémite des années 30 et la propagande islamophobe aujourd’hui. Ça c’est quelque chose qui commence à me perturber singulièrement, parce que quand je vois ce type de couverture « L’invasion des mosquées : notre identité menacée » [Valeurs Actuelles, 2014], ce genre de choses, je me demande vraiment comment on pourrait essayer d’analyser ça finement ».

Read more

Fachos, néonazis & autres skinheads : les visages de l’extrême droite au cinéma

(photo R. Dubois, 2015)

(photo R. Dubois, 2015)

Le retour en force de l’extrême droite sur le devant de la scène politique et médiatique depuis, disons, 2010 ne semble pas faiblir. Rappelons quelques faits récents : le 5 juin 2013 un jeune militant antifa, Clément Méric 18 ans, mourrait sous les coups d’un skinhead néonazi à Paris. Un an plus tard, en mai 2014, pour la première fois de son histoire, le FN arrivait en tête d’un scrutin national avec presque 25% des suffrages aux élections européennes. Plus récemment, en juin 2015, de l’autre côté de l’Atlantique, un suprématiste blanc de 21 ans nostalgique de l’apartheid tuait froidement neuf Noirs dans une église de Charleston (Caroline du Sud) dans le but de déclencher une guerre raciale. C’est dans ce contexte inquiétant que sort, sur fond de polémique, Un Français de Diastème (2015), film racontant l’histoire d’un skinhead français. Vu l’actualité il nous semblait donc opportun de nous interroger sur la question de la représentation de l’extrême droite au cinéma, en France et ailleurs. Depuis quand les fachos sont-ils présents sur les écrans ? American History X est-il le premier film à s’intéresser au phénomène skinhead néonazi ? Quels points de vues les œuvres offrent-elles des fafs et des bones ? Et, en corolaire, quels discours idéologiques ces films proposent-ils au grand public ? De Naissance d’une Nation (1915) à Un Français (2015), voici un petit tour d’horizon des figures de fachos au cinéma en 100 ans d’histoire du 7ème Art et en 10 portraits emblématiques.

Read more

X-Men, pop-culture et politique

X-Men_logo.svgEn 2000, X-Men de Brian Singer, bientôt suivi de X-Men 2 (Brian Singer, 2003) et X-Men l’affrontement final (Brett Ratner, 2006) signait le grand retour des super-héros au cinéma. La trilogie culte inspirée des comics Marvel rencontra un très large écho en salle : presque 300 millions de dollars de recette (pour un budget de 75 millions) pour le premier opus, 400 millions pour X-Men 2 et 440 pour le troisième volet. Autant dire, un énorme succès populaire. Ce qui est particulièrement intéressant avec cette saga, au-delà de toute considération esthétique, c’est combien ces films sont représentatifs de l’inventivité et de la richesse de tout un pan de la production hollywoodienne. En effet, alors même que beaucoup – a fortiori parmi les élites intellectuelles – ne voient dans le cinéma commercial américain qu’un « mauvais objet culturel » abrutissant et sans intérêt, il me semble que des œuvres comme les X-Men disent justement bien la complexité d’un grand nombre de ces films qui, derrière leur apparence de blockbusters et de divertissement un peu simplistes, n’en demeurent pas moins de passionnantes réflexions sur les questions sociopolitiques qui agitent nos sociétés. Les X-Men, au-delà de leur dimension spectaculaire et distrayante, proposent en effet une réflexion très pertinente sur la question de l’Autre dans la société étasunienne d’aujourd’hui, mais aussi une nouvelle façon d’aborder la question de l’altérité dans le cinéma hollywoodien – ce que peu de critiques français ont su voir…

Read more