Tag Archive for hippies

Hollywood parano : la drogue et le cinéma US

Au tournant des années 2000 le cinéma hollywoodien semble avoir trouvé dans la drogue une source d’inspiration nouvelle. D’une part en redoublant de scénarios évoquant le trafic de stupéfiants avec Blow, Traffic, Les Infiltrés… Mais surtout en filmant la descente aux enfers de personnages en plein bad trip : Drugstore Cowboy, Rush, Pulp Fiction, Las Vegas Parano, Another Day in Paradise, Requiem For a Dream… Mais le phénomène est-il si nouveau ? Petit flash… back.

Read more

Hal Ashby, un hippie à Hollywood

Comme toute discipline académique, l’histoire du cinéma a édifié au fil des ans son panthéon des « chefs-d’œuvre » incontournables et immortels dans lequel figurent les œuvres et les auteurs essentiels. Est-il besoin de rappeler que ceux-ci ont été intronisés par un collège de spécialistes habilités à juger de ce qui est « beau » ou « bon » et de ce qui ne l’est pas ? Aussi, comme dans toute sélection, il y a les heureux élus et les autres : les amuseurs, les besogneux, les tâcherons, les copistes, les atypiques et les mal-aimés… Parmi ces derniers figure assurément Hal Ashby. Qui ça ? Hal Ashby ! – dont vous trouverez peut-être, à force de persévérance, une notice laconique sur le Net du style : « Monteur et réalisateur américain né le 2 Septembre 1929 à Ogden, Utah, USA, décédé le 27 Décembre 1988 à Malibu, Californie, USA ». Et pas grand-chose de plus, ni sur Wikipedia, ni sur Allociné…

Read more

Analyse d’une photographie : « La fille à la fleur » de Marc Riboud (1967)

L’analyse qui suit date de 2008 et a connu un certain succès. A l’époque je l’avais postée sur mon blog et depuis elle n’a pas cessé d’être reprise sur de nombreux sites, essentiellement par des enseignants à l’intention des élèves du secondaire – le plus souvent sans que mon nom soit mentionné…

Voici donc une photographie de presse vue et revue. Une image-symbole, une icône des sixties, une évocation emblématique de la génération hippie. Une jeune fille fait face à une rangée de soldat en armes avec, comme seule défense, une fleur à la main. Bien sûr l’événement a son importance et, selon toute vraisemblance, la jeune fille a parfaitement conscience de la portée symbolique de son geste. Mais cela ne suffit pas à justifier la notoriété de l’image. Des actions spectaculaires jouées devant les objectifs des journalistes il s’en joue beaucoup et souvent, mais très peu atteignent une telle perfection. L’intérêt spécifique de ce document n’est donc pas tant à chercher du côté du geste que dans l’image. Reste à définir comment cette photographie crée du sens. Autrement dit, comment le photographe – et non la manifestante – crée le symbole.

Read more