Archive for Films/DVD/Séries

Les 10 meilleurs films grindhouse qu’il faut avoir vus avant de mourir !

(Domaine public)

(Domaine public)

Voilà, la nouvelle année approche à grands pas et avec elle les bonnes résolutions. Alors faites-moi plaisir, ramenez l’intégrale de Rohmer à la Fnac et optez plutôt pour ces 10 chefs d’œuvre du cinéma d’exploitation made in USA. Parce que ça c’est du septième Art, du cinoche, du vrai, du qui tâche, qui remue et qui secoue, tourné avec des tripes et des corones ! Bref du cinéma populaire comme on l’aime ! Et ça tombe super bien, tous ont été édités en DVD et en zone 2. Alors, que demande le peuple ?

N°10 : Black Caesar / Le Parrain de Harlem (Larry Cohen, 1973) DVD MGM 2004

Parce que Fred Williamson, le mec le plus cool de l’histoire du cinéma bis, y interprète un gangster fracassant à l’image du Scarface de Hawks (1932) dont il est une sorte de remake black, il mérite mille fois de figurer dans cette liste. Et si l’on devait ne retenir qu’une unique scène de ce petit chef-d’œuvre de la blaxploitation ce serait incontestablement celle ou Funky Fred, nouveau parrain de la pègre locale, parade avec arrogance sur la 125e rue de Harlem, encadré de deux porte-flingues au regard encore plus mauvais que le sien, au son de It’s Good to be the King de James Brown. Grand moment d’anthologie !

Read more

Et si Dieu était noir ? « Les Verts pâturages » de JC Averty (1964)

A la mémoire de Robert Liensol (1922-2011)

Cette année j’ai eu la bonne surprise de découvrir sous mon sapin de Noël le DVD Les Verts Pâturages, ce mythique “drame” télévisuel réalisé par Jean-Christophe Averty en 1964 pour l’ORTF et diffusé pour la première fois – mais aussi la dernière – le soir du réveillon du 24 décembre 1964. Depuis l’émission demeurait invisible et seul le témoignage de ceux qui y prirent part (Averty en tête mais aussi les acteurs Robert Liensol – photo ci-contre – ou Med Hondo) nous rappelait cet épisode glorieux de notre bonne chère télévision française qui, depuis, a pris sacrément du plomb dans l’aile…

Alors de quoi s’agissait-il au juste ? Rien de moins qu’une évocation de la Genèse et de l’Ancien Testament du point de vue Noir avec un casting 100 % afro-antillais. Averty s’était inspiré de la pièce de l’américain Marc Connelly “The Green Pastures” précédemment portée à l’écran en 1936 à Hollywood et, en bon fan de jazz, avait mis en images des saynètes bibliques entrecoupées de passages chantés et dansés à la manière des émissions de variétés d’antan, le tout relevé par quelques effets “électroniques” avant-gardistes pour l’époque (des surimpressions notamment) mais bien désuets aujourd’hui.

Read more

(Re)voir les films de Pierre Carles

Pierre Carles (ph. Micaela Ayala V./ANDES, 2015) [CC BY-SA 2.0]

Pierre Carles (ph. Micaela Ayala V./ANDES, 2015) [CC BY-SA 2.0]

Pierre Carles est devenu avec le temps un incontournable du documentaire français, au même titre qu’un Michael Moore outre-Atlantique. On attend le dernier Pierre Carles un peu comme on attendait il y a encore quelques années le dernier Bourdieu. Bien sûr mes exemples ne sont pas choisis au hasard, puisqu’il semblerait bien que Moore comme Bourdieu aient été deux références majeures dans l’édification du style et de la pensée du cinéaste-sociologue-trublion. Rappelons ici quelques étapes du parcours mouvementé de Carles. Diplômé de JRI (Journalisme Reporter d’Images) de l’IUT de Bordeaux, il entre à la télévision par la petite porte mais se fait vite repérer pour son insolent talent – qui lui causera d’ailleurs plus d’un problème. On le retrouve ainsi aux côtés de Bernard Rapp, de Stéphane Dechavanne ou de Thierry Ardisson, le plus souvent comme chroniqueur poil-à-gratter éjectable (il dévoile par exemple à la TV la fausse interview de Castro par PPDA). Mais très vite son impertinence déplait et il devra pour plusieurs années se cantonner à la réalisation de sujets pour l’émission Strip-tease, de 1993 à 1998, où il se fera un peu « oublier » (mais aussi remarquer).

Read more

« L’ultra-gauche » au cinéma… The Weather Underground

Bernardine Dohrn l'une des leaders des Weathermen (ph. FBI) [domaine public]

Bernardine Dohrn l’une des leaders des Weathermen (ph. FBI) [domaine public]

Documentaire de Sam Green et Bill Siegel (USA, 2002, 1h30)

Vous avez dû le remarquer, les médias ont encore “inventé” un nouveau mot : “l’ultra-gauche” pour qualifier la mouvance politique des inculpés de Tarnac. Mais c’est quoi l’ultra-gauche ? Ben, c’est la gauche plus à gauche que l’extrême gauche. En fait, depuis que Besancenot est devenu plus fréquentable, les médias ont dû inventer un nouveau croquemitaine situé quelque part entre Mesrine, Castro et Ben Laden. Et comme « terroriste » était déjà associé à « islamiste », et « gauchiste » à « Cohn-Bendit-en-mai-68 », ils se sont dit que « ultra-gauche » ça sonnait bien et surtout cela rappelait les heures sombres des années de plomb ; la RAF + Action directe + les Brigades rouges tout à la fois.

Il faut dire que le thème du « terrorisme gauchiste » est à la mode. Depuis quelques années on a pu en effet voir sur nos écrans plusieurs films évoquant cette question controversée : citons Buongiorno, notte de Marco Bellocchio (Ita., 2004), Les Trois vies de Rita Vogt de Volker Schlöndorff (All., 2000), Baader de Roth Christopher (All., 2002), Ni vieux, ni traitres de Pierre Carles (Fr., 2004) ou dernièrement La Bande à Baader d’Uli Edel (All., 2008) et ceci en attendant le Che en deux parties de Steven Soderbergh prévu pour 2009 et un Carlos signé Assayas encore en préproduction.

Read more