Archive for Analyses d’images

Les stéréotypes du Noir dans la bande dessinée

Hachette réédite ce mois-ci les aventures de Bibi Fricotin, une bande dessinée datant des années 20 et publiée jusqu’aux années 80, que l’on retrouvera tous les mois chez les marchands de journaux. Le personnage du Noir Razibus, qui sent bon le vieux stéréotype colonial, est apparu dans la série en 1951 pour devenir l’acolyte inséparable de Bibi Fricotin jusqu’en 1988, date du dernier album. Etonnamment, et contrairement à la plupart des héros de BD (de Mickey aux héros Marvel ou DC comics) lui n’a jamais évolué physiquement. Bien qu’il ne parle pas « petit nègre » (comme les Africains de Tintin au Congo) et qu’il n’est ni idiot ni maladroit, ni même spécialement comique, on est en droit de se demander si cette réédition est de bon augure au moment de l’affaire Théo et de la polémique autour du terme « Bamboula ». Imagerait-on seulement qu’on réédite aujourd’hui de vieilles images antisémites de Juif au nez crochu… Au moins les éditions Hachette auraient-elles pu intégrer une notice d’avertissement en exergue de la BD (1), ou mieux modifier légèrement le faciès caricatural de Razibus. Et pourquoi pas ? On a bien remplacé la cigarette de Lucky Luke par un brin d’herbe, alors pourquoi ne pas donner à ce Razibus des traits moins grossiers ?

Read more

« The Lost City of Z » ou l’angoisse du vagin

J’attends le metro, dans cette grotte sombre terrée sous la ville qu’est la station de métro, et j’observe cette affiche de film 4×3 qui m’intrigue. The Lost City of Z (James Gray, 2017). D’abord ce personnage anecdotique, sorte de mini Indiana Jones perdu dans la pénombre et l’immensité du décor rocheux qui l’écrase. Je vois bien qu’il me regarde. Mais qu’est-ce qu’il veut bien me dire ? Et puis en arrière plan, tout autour, il y a ce décor caverneux entouré de feuillage… Alors oui, vous pouvez dire si vous voulez que j’ai l’esprit mal placé. Vous pouvez aussi vous dire qu’à force d’analyser les images je vois des sous-textes et des métaphores partout (à une époque mes étudiants s’amusaient gentiment de moi parce que je voyais des symboles phalliques dans toutes les publicités). Bref, toujours est-il qu’en regardant cette image j’ai songé à une entrée de vagin géant… Et pourquoi pas ? Ne me dites pas que les professionnels de la communication et de la promotion qui ont réalisé cette affiche ne sont pas, comme moi, aguerris à la sémiologie bathésienne. Donc je me dis qu’ils ont peut-être fait exprès. Mais alors, pourquoi ?

Read more

La vidéosurveillance, un contre-pouvoir ?

Sstrobeck23 (2016) [CCA4.0]

Sstrobeck23 (2016) [CC BY-SA 4.0]

Il y a soixante-huit ans George Orwell avait imaginé dans son roman 1984 une société du futur dirigée par un Etat policier dans lequel chaque citoyen vivrait sous la surveillance de Big Brother. Or force est de constater que l’écrivain avait vu juste puisque tout ce que nous faisons est aujourd’hui enregistré, aussi bien nos paiements par carte bancaire que nos échanges via les réseaux sociaux ou même nos simples actions du quotidien filmées dès lors que nous quittons notre espace privé (dans la rue, dans les magasins et même sur notre lieu de travail). Mais Orwell avait-il pensé que cette arme de surveillance massive produirait aussi son contraire, son antidote en quelque sorte ? Car la multiplication des caméras de surveillance implantées par les tenants du pouvoir (l’Etat, les collectivités, les patrons) dans le but de contrôler les « classes dangereuses » s’est aussi accompagné parallèlement de la prolifération de caméras miniatures au service de tous (IPhone, GoPro, etc.). Du coup, si Big Brother nous observe effectivement en permanence, en retour tout le monde est aussi en capacité de surveiller Big Brother.

Read more

Presse & islamophobie 2 : rhétoriques propagandistes

(photo Steve Evans de Bengalore, 2005, détail) [CC BY 2.0]

(photo Steve Evans de Bengalore, 2005, détail) [CC BY 2.0]

Dans la continuité de mon premier article « Presse & islamophobie : qu’en est-il ? » posté au lendemain des attentats de Charlie Hebdo (janvier 2015), voici une réflexion sur la rhétorique propagandiste islamophobe à l’œuvre dans plusieurs Unes de la presse d’opinion française depuis maintenant de nombreuses années – essentiellement dans la presse conservatrice (Le Point, L’Express, Marianne, le Figaro, Valeurs Actuelles…)

Cette réflexion m’a été inspirée par une phrase de Thomas Deltombe, auteur de l’Islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France (1975-2005) (éd. La Découverte, 2005) qui concluait une conférence de 2014 par : « Je ne sais pas si il y a des travaux de comparaison qui ont été faits sur la propagande antisémite des années 30 et la propagande islamophobe aujourd’hui. Ça c’est quelque chose qui commence à me perturber singulièrement, parce que quand je vois ce type de couverture « L’invasion des mosquées : notre identité menacée » [Valeurs Actuelles, 2014], ce genre de choses, je me demande vraiment comment on pourrait essayer d’analyser ça finement ».

Read more

Analyses d’images : publicités, photos, affiches, pochettes…

Analyses d'imagesVient de paraître : Analyses d’images : publicités, photos, affiches, pochettes… (20 commentaires composés illustrés) de Régis Dubois (TheBookEdition, 2015, 136 pages, 9 euros)

L’image est omniprésente dans notre société, c’est une évidence. Tous les jours ce sont des dizaines, voire des centaines de messages visuels que nous recevons. Dans la rue, à la maison, sur les écrans, partout, via les affiches publicitaires, les magazines, les T-shirts, les flyers, les BD, le cinéma, la télé,   Internet, les jeux-vidéo, les Smartphones… Or, étonnamment, les analyses d’images demeurent relativement rares aussi bien sur le Net que sur papier. D’où ce recueil proposant un ensemble pédagogique de vingt études portant sur un échantillon d’images emblématiques de diverses époques et de tous types : photographie (d’art ou de presse), affiche de propagande, publicité, pochette de disque, affiche de film, photogramme, tableau, carte postale, street art… Au total, 20 commentaires composés richement illustrés de 60 visuels offrant une petite histoire des représentations depuis la fin du 19ème siècle jusqu’au début du 21ème.
index

Plus que jamais Ensemble : Kiddam & The People

kiddam-and-the-people-ensembleRécemment, dans le rue, je suis tombé sur cette affiche annonçant la sortie d’un album de rap (Ensemble de Kiddam and the People). Elle m’a tout de suite interpellé. Sans doute parce que je l’ai trouvée belle, mais aussi originale et surtout énigmatique au premier abord.

Le soir, en rentrant, je fais donc quelques recherches sur le Net. Je regarde un clip du groupe et je réalise que j’ai vu cinq jours plus tôt le chanteur se produire sur scène à l’occasion d’une soirée en soutien aux migrants – et il se trouve que je l’avais trouvé plutôt intéressant et pertinent. Tout ça avait donc du sens.

Read more

Les histoires de vies derrière « Tulsa » de Larry Clark (1971)

e0d6c82834d8c2c11797c0cb7374b6efTulsa m’a toujours fasciné depuis que j’ai découvert sa cinquantaine de clichés noir & blanc à l’occasion de l’exposition qui lui fut consacrée à la Maison Européenne de la Photographie à Paris en 2008-2009. A l’époque, pour pouvoir acquérir le livre, j’ai dû le commander sur Internet à un moment où il était encore disponible à un prix raisonnable (dans sa quatrième et dernière édition américaine datant de 2000). Aujourd’hui, comme lors de sa première parution en 1971, l’ouvrage est épuisé et reste difficile à trouver. Ce qui, bien entendu, en plus du parfum licencieux qui l’entoure, ajoute encore à cette fascination qu’il exerce depuis maintenant près de cinquante ans d’une génération sur l’autre.

Read more

Presse & islamophobie : qu’en est-il ?

Marseille 2017 (ph. RD)

Marseille 2017 (ph. RD)

Le 8 janvier 2015, le lendemain de l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, Valeurs Actuelles titrait « Peur sur la France » en référence au roman de Houellebecq Soumission avec en Une une photo en gros plan d’une femme portant un niqab bleu, blanc, rouge). Le numéro avait été bouclé la veille des assassinats (1).

Le message, bien qu’un peu brouillé (un niqab bleu, blanc rouge ?), est pourtant clair dans ses grandes lignes : l’islam constituerait une menace pour la France (2).

Le problème c’est que cette Une qui fait le lien entre islam, niqab et peur est loin d’être isolée. En recherchant sur Internet des couvertures de magazines consacrées à « l’islam » et/ou aux « musulmans » j’ai pu en trouver 35 parues au cours des quinze dernières années. Constat : plus de la moitié d’entre elles donne une image négative de l’islam et des musulmans (voir liste annexe) – étant bien entendu que je ne parle même pas ici des Unes évoquant « l’islamisme » ou le « djihad ».

Read more

Analyser une affiche : « We can Do It ! » (1943)

We Can Do It! (1943) de J. Howard Miller (USA – 43 x 56 cm – couleurs) [domaine public]

Cette affiche a acquis au fil des ans un véritable statut d’icône de la pop-culture. Elle ne fut pourtant diffusée que très brièvement en 1943, essentiellement sur les murs des usines d’armement où travaillaient de nombreuses femmes durant la Seconde Guerre mondiale pendant que les hommes se battaient sur le front. Elle ne fut en fait redécouverte que tardivement, dans les années 80, et très largement reproduite depuis sous diverses formes. C’est toujours un bon point de départ pour analyser une image que de partir du pouvoir de fascination qu’elle exerce. Qu’est-ce qui fait en effet que cette affiche interpelle et séduit autant aujourd’hui ?

Read more

Analyser une image : « The Kiss » de Thomas Edison (1896)

The Kiss de Thomas Edison (USA – 1896 – 47 sec. – N&B) [domaine public]

Cette image n’est pas à proprement parler une photographie mais plutôt un photogramme, autrement dit l’une des dix-huit images par seconde d’un film muet. Le film en question s’intitule The Kiss, dure 47 secondes et a été tourné en un seul plan par William Heise pour le compte de l’inventeur du cinéma aux Etats-Unis, Thomas Edison, en 1896. A première vue, cette image n’a rien d’extraordinaire, et pourtant comme nous allons le voir, il s’agit-là d’une photo aux implications inattendues.

Read more