Spike Lee, un cinéaste controversé

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est couvSpikeLee-634x1024.jpg.

Spike Lee, un cinéaste controversé de Régis Dubois (éd. LettMotif, 2019, 174 p., 22 euros)

PRESENTATION DE L’EDITEUR

Spike Lee, l’enfant terrible du cinéma afro-américain, est depuis ses débuts en 1986 autant connu pour l’originalité de son cinéma que pour ses coups d’éclats médiatiques. Baptisé « le Noir le plus en colère d’Amérique » à l’occasion de la sortie de Malcolm X (1992), il n’a eu de cesse tout au long de sa carrière d’entretenir la polémique. Avec des œuvres engagées comme Do the Right Thing, Jungle Fever, The Very Black Show ou BlacKkKlansman, mais aussi des films moins controversés tels He Got Game, La 25e heure ou Inside Man, il aura marqué de son passage la grande histoire du 7e Art. Et pourtant, à ce jour, aucune monographie française évoquant l’ensemble de son oeuvre n’est parue en libraire. Ce livre a ainsi pour but de corriger cet oubli en revenant sur toute l’oeuvre du cinéaste pour lui redonner la place qui lui revient au centre de l’historiographie du cinéma américain, avec la secrète intention de rappeler aux plus jeunes combien son rôle de pionnier fut décisif dans l’émergence d un cinéma noir américain.

REVUE DE PRESSE

« Quand Régis Dubois publie la première monographie française sur Spike Lee, Spike Lee, un cinéaste controversé (2019, LettMotif), cela donne un livre complet et passionnant sur l’un des cinéastes américains les plus marquants de sa génération » (Marie Laugaa, Gone Hollywood)

« Mais ce qui compte avant tout ce sont ses films. Et Régis Dubois nous y ramène avec justesse. Il reprend le parcours de Spike Lee étape par étape, c’est-à-dire œuvre après œuvre. Là où d’autres seraient tombés dans l’analyse fumeuse, lui préfère l’efficacité. Pas de mots savants, pas de phrases alambiquées, pas de conclusions intellectuelles. Il raconte avec précision la genèse, les conditions de tournage, l’impact, la carrière et, bien sûr, les réactions engendrées. C’est clair, précis, et bien documenté (…) Un vrai livre de cinéma qui a le mérite d’être clair. Ce n’est pas si fréquent ! » (Philippe Durant, Boojum).

« 4/5 : De ses courts-métrages d’étudiant à ses derniers succès, l’auteur propose une étude exhaustive de la filmographie de Lee. En 10 chapitres, les 21 films du réalisateur sont analysés dans le détail, sans omettre ses documentaires ou sa récente série télévisée (…) Au fil des pages, Dubois raconte les grandes heures de Lee et ses périodes plus difficiles (…) Sans dissimuler son admiration pour le réalisateur, Dubois décrit parfaitement les paradoxes qui entourent sa personnalité. (…) Dubois s’emploie [aussi] à définir les caractéristiques de la mise en scène de Lee. Cette analyse s’éloigne des lieux communs (Spike Lee comme grand spécialiste des effets clip) pour souligner l’apport technique d’une œuvre dont il faut, malgré tout, souligner l’admirable cohérence » (Jacques Demange, Ciné Chronicle).

« 3.5/5 : Au bout d’une redécouverte de ce réalisateur si emblématique, une chose semble certaine : Spike Lee a toujours offert un point de vue original sur l’Amérique. Il n’a jamais tu ses fractures, il a toujours été au bout de ses idées, quitte à s’attirer les foudres de détracteurs hystérisés, et il s’est dressé contre le système hollywoodien quand il le jugeait nécessaire. Une démarche courageuse, entière, intègre, que Régis Dubois raconte avec passion » (Jonathan Fanara, Le Mag du Ciné)

« 3/4 : On aime ou on n’aime pas, mais Spike Lee a su bousculer le cinéma américain. Toujours en colère, souvent désagréable, volontiers urticant, le réalisateur de Do the Right Thing et de Jungle Fever a créé une unité de production, une œuvre originale, une façon unique de s’approprier les codes du cinéma américain. Régis Dubois, auteur du Cinéma des Noirs américains entre intégration et contestation (2005), analyse les thèmes, les obsessions et les lignes de force des films réussis (Malcolm X, Bamboozled, BlacKkKlansman), ainsi que les ratages évidents (…) Controversé Spike Lee ? C’est le moins qu’on puisse dire » (François Forestier, L’Obs).

« Trop souvent réduit à une grande gueule toujours en colère, quand il n’est pas injustement accusé d’être raciste, Spike Lee est un cinéaste qui n’est pas reconnu à sa juste valeur. Dans un excellent livre intitulé Spike Lee un cinéaste controversé, Régis Dubois vient remettre les pendules à l’heure. Et lancer un tonitruant : « Wake Up ! » à la face des critiques et cinéphiles (…) Régis Dubois a signé l’indispensable compagnon de route pour les fans de Spike Lee et ceux qui veulent mieux le connaître (…) Dans un style alerte, Régis Dubois apporte des analyses éclairantes et étayées » (Anderton, Cinéblogywood)

« Ce parallèle tracé entre la filmographie de Lee, avec ses hauts et ses bas, et l’évolution de la vie politique américaine est assez passionnant. Elle éclaire une filmographie qu’on est bien obligé de qualifier d’inégale (Régis Dubois n’hésite pas à souligner les faiblesses de certains titres) mais qui, sociologiquement et esthétiquement, mérite qu’on s’y attarde » (Le journal cinéma du Dr Orlof)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *