Drive-in & Grindhouse Cinema (1950’s-1960’s)

couv driveinDurant les années 1950 et 1960, la production indépendante américaine va se lancer avec fièvre et passion dans la création de films que les bonnes mœurs du pays réprouvent. Des films dépeignant une jeunesse sauvage. Des microproductions aux explosions gore surréalistes. Des récits dont les seuls atouts sont les poitrines dénudées de leurs actrices. Les drive-in du pays et les grindhouses se mettent à carburer à la violence, au rock’n’roll, au sexe et à l’horreur. Pour le plus grand plaisir d’un public jeune avide de nouvelles sensations. Par leur vitalité, leurs refus des conventions et leur mise en scène souvent novatrice, ces films d’exploitation vont aussi former et influencer toute une nouvelle génération de cinéastes (Francis Ford Coppola, George Lucas, Martin Scorsese…). Découvrez 101 perles oubliées ou classiques du domaine !

IMG_5509

Présentation de Julien Sévéon

Le nouveau volume de la collection CinExploitation vient de sortir !

Drive-in & Grindhouse Cinema 1950’s-1960’s de Régis Dubois. Un livre qui inaugure une sous-collection : CinExploitation 101 visant à présenter au travers d’un genre, une thématique, un studio… 101 perles, classiques ou méconnues, du domaine.

Pour l’occasion, Régis Dubois, auteur de nombreux livres sur le 7ème Art, s’est penché sur le cinéma d’exploitation américain des années 50 et 60. Deux décennies clefs qui vont chambouler les codes du cinéma à papa et livrer des œuvres choquantes, subversives et détonantes. Nudité, violence, rock’n’roll, motards et monstres assoiffés de sang vont devenir les éléments vendeurs de milliers de petites productions indépendantes. Qui n’ont certes pas les moyens de concurrencer en terme de budget les majors, mais qui, question scénario ont sacrément bien plus à offrir aux spectateurs que les récits sages et vertueux made in Hollywood.

IMG_5510

En bonus, quatre interviews. Une avec Joe Dante (le papa de Gremlins pour ceux qui auraient oublié) qui revient sur ce cinéma qui l’a hautement influencé et trois autres avec des figures clefs du genre, Arch Hall Jr. et deux cinéastes qui nous ont tristement quitté récemment Herschell G. Lewis et Ted V. Mikels.

Plusieurs centaines de posters et photos d’exploitations viennent illustrer ce livre de 226 pages, au format 14,7 X 21 cm.

Dans toutes les bonnes librairies d’ici la fin du mois !

Julien Sévéon

IMG_5514

REVUE DE PRESSE

« Premier bouquin français consacré au cinéma d’exploitation US (…) Les 30 dernières pages sont une surprise ! On y trouve de passionnants entretiens que l’auteur a passé avec certains artisans du genre : Ted V. Mikels, Herschell G. Lewis, Joe Dante. Une bonne introduction à cet univers » (Guillaume Richard, Trash Times n°18).

« Si Régis Dubois ne vise pas l’exhaustivité, son ouvrage prend néanmoins la forme d’une véritable encyclopédie (…) cet ouvrage apparaît aujourd’hui comme l’une des références françaises en matière de cinéma d’exploitation. La réussite de l’étude tient autant à l’écriture experte de l’auteur, qui oscille avec lucidité entre subjectivité cinéphile et objectivité critique, qu’à la très belle mise en page des éditions Imho » (Jacques Demange, cinechronicle.com).

« Votre rédac’chef préféré a, quant à lui, préféré des livres sur le ciné. Tout d’abord l’excellent Drive-In & Grindhouse cinéma 1950’s & 1960’s (IMHO) de Régis Dubois. Ce nouvel opus de la collection CinExploitation aborde 101 films Bis qui ont fait la gloire des salles de quartier. Le tout est ponctué d’une série d’entretiens avec des pointures comme Joe Dante » (Culture prohibée).

« Le jet de Régis Dubois se parcourt au choix d’un trait ou à la manière d’un guide sur lequel on peut revenir avec gourmandise, les soirs de disettes télévisuelles, comme un dictionnaire du possible en quelque sorte. Drive-in & grindhouse cinema 1950’s-1960’s apparaît donc comme un ouvrage de vulgarisation de référence d’autant plus que le style de l’auteur ne souffre d’aucune lourdeur (…) Chacun y trouvera par conséquent de quoi nourrir la plante carnivore qu’est la cinéphilie. Notons au passage que ce petit pavé est proposé au prix accessible de 18€. Recommandable ! » (ecranbis.com)

CAM00727

« Brillant oui, car c’est peut-être bien la première fois que je lis une définition nette de ce que recouvrent les appellations « cinéma d’exploitation », « série B » ou « cinéma bis ». Non que l’auteur se perde dans les vaines catégorisations d’un structuralisme chiant et dans les explications pénibles d’une typologie des « genres », mais sa plume est d’une exemplaire limpidité, circonscrivant avec bonheur ce qu’on entend par « US exploitation films » : et Dieu sait que le rayon est mouvant, fuyant, compliqué à embrasser sérieusement dans son entièreté… Il faut donc lire le long texte introductif du bouquin, une quinzaine de pages au cours desquelles l’auteur se livre à un sacré bel exercice pédagogique, multipliant les approches et les angles pour délimiter précisément cet immense espace (…) Et puis après cela, le plat de résistance : 101 films passés au tamis de la chronique – ni trop longue ni trop courte – et classés chronologiquement – de 1950 à 1969 -, exemplaires du « dark side of the movies » pendant ces deux folles décennies (…) la bienveillance et l’affection sous-tendent les textes de Régis Dubois, sans cette espèce de cynisme à deux balles et sans ce rictus infernal de la dérision accroché au stylo… Que ça fait du bien, et que ça rassure (…) un livre en tout point passionnant, parfaite lecture estivale pour ceux qui aiment encore l’impertinence et la liberté sur écran » (David Didelot, co-fondateur du fanzine Vidéotopsie).

« Je suis extrêmement lent à lire les bouquins mais celui-là je l’ai dévoré (…) Je vous parle avec beaucoup d’amour de ce bouquin parce que Régis Dubois parle avec beaucoup d’amour de ce cinéma-là. C’est une super belle édition, cela ne coûte que 18 euros, achetez-le, croyez moi, c’est une merveille absolue ! » (Geoffrey, Cheap Thrills, épisode 3)

« Drive-in & grindhouse cinema est la Bible qu’il vous faudra si vous voulez saisir le concept de cette époque » (Mr Méchant, slashershouse.com).

 

17141472_10212404601978019_364443473_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *