Les César post-attentats et le choix de la diversité

header_fatima-b627f

Bonne surprise ! Le palmarès 2016 des César – tout comme celui de 2015 d’ailleurs – a fait la part belle à la diversité ethnique et culturelle. En effet le prix du meilleur film a été attribué cette année à Fatima après celui l’année passée de Timbuktu, deux films centrés sur des personnages issus de communautés musulmanes africaines ou d’origine maghrébine.

Idem du côté des nominations aux prix d’interprétation 2015-2016 qui, là encore, ont fait le choix de la diversité : après Karidja Touré pour Bande de filles, Ahmed Dramé pour Les Héritiers et Marc Zinga pour Qu’Allah bénisse la France l’année passée, saluons cette année celles de Loubna Abidar pour Much Loved, Soria Zeroual pour Fatima et Antonythasan Jesuthasan pour Dheepan. Et surtout, après le César du « meilleur acteur dans un second rôle » attribué en 2015 à Reda Kateb (pour Hyppocrate), voici que Zita Hanrot reçoit celui du « meilleur espoir féminin » pour Fatima en 2016. Faut-il y voir un signe ? Une simple coïncidence ou un lien de cause à effet avec les attentats qui ont traumatisé la France entre janvier 2015 (six semaines avant la cérémonie 2015) et novembre 2015 (trois mois avant celle de 2016) ?

Je pose la question mais je n’ai pas la réponse…

855232-000_dv2224277

En revanche je fais deux constats :

– Ce début d’année 2016 a été marqué par une polémique concernant le manque de nominés noirs aux Oscars (1). La presse française l’a largement relayée (2), n’hésitant pas au passage à faire le parallèle avec les César et la situation des Noirs de France (« Les Oscars trop blancs ? Les César c’est pire ! », metronews.fr 26/01/2016). Omar Sy a ainsi été invité à s’exprimer sur cette question (« Omar Sy dénonce l’absence de rôles pour les acteurs noirs en France », metronews.fr 2/2/2016). Bref, avant même l’annonce des nominations aux César 2016, le débat sur la diversité dans le cinéma français s’imposait.

– Par ailleurs, à la veille des César 2015 – il y a un an donc – alors que l’on m’interrogeait au sujet de la présence noire dans le cinéma français, je prédisais : « Il y a eu un effet 11 septembre aux États-Unis. En 2002, il y a eu deux Oscars pour des premiers rôles noirs [du jamais vu puisque seul Sidney Poitier avait eu ce privilège en 1964]. Il y a eu Denzel Washington et Halle Berry. Le fait que deux acteurs noirs soient récompensés pour des premiers rôles n’était pas anodin. A l’époque, j’avais fait le lien avec  « l’effet 11 septembre » (3). Il faut comprendre les Oscars comme une sorte de vitrine. Il y avait la volonté de montrer au reste du monde que les États-Unis n’étaient pas racistes. (…) Alors peut-être qu’il peut y avoir un effet 11 septembre à la française. Tout le monde a comparé les attentats contre Charlie Hebdo à un « 11 septembre à la française » par rapport à l’onde de choc. Peut-être qu’avec ces César, il y aura une volonté de promouvoir un multi-culturalisme à la française, montrer que la France n’est pas un pays raciste, je pense que ça peut être la même démarche. Alors peut-être que les César vont célébrer un acteur noir, au moins pour le meilleur espoir » (4).

Zita Hanrot "meilleur espoir féminin" 2016

Zita Hanrot « meilleur espoir féminin » 2016

Et c’est, effectivement, ce qui est arrivé un an plus tard avec le prix du meilleur espoir décerné à Zita Hanrot qui devient ainsi la troisième afrodescendant(e) à recevoir un César d’interprétation après Isaac de Bankolé en 1987 et Omar Sy en 2012.

Vous me direz : quel est le rapport entre les attentats et la volonté de promouvoir la diversité au cinéma ? Peut-être qu’en affichant l’image d’une France non-raciste, progressiste, unie et multiculturelle, la profession a voulu envoyer un signe fort, politique, à l’encontre de tous ceux qui pourraient profiter du traumatisme post-attentats pour diviser la France (de quelques bords qu’ils soient, intégristes musulmans ou d’extrême droite). Et c’est, ma foi, il me semble, plutôt une bonne chose.

Régis Dubois © 2016

Notes :

(1) Cf mon article « Les Afro-américains et les Oscars : retour une polémique », lesensdesimages.com (23/01/2016).

(2) Exemple : « Les Oscars boycottés car jugés trop blancs » (la-croix.com 22/01/2016).

(3) « United Oscars of America », Télérama 2725 (2002).

(4) « César 2015 : quelle place pour les Noirs dans le cinéma français ? » (toutlecine.com, 28/01/2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *