Plus que jamais Ensemble : Kiddam & The People

kiddam-and-the-people-ensembleRécemment, dans le rue, je suis tombé sur cette affiche annonçant la sortie d’un album de rap (Ensemble de Kiddam and the People). Elle m’a tout de suite interpellé. Sans doute parce que je l’ai trouvée belle, mais aussi originale et surtout énigmatique au premier abord.

Le soir, en rentrant, je fais donc quelques recherches sur le Net. Je regarde un clip du groupe et je réalise que j’ai vu cinq jours plus tôt le chanteur se produire sur scène à l’occasion d’une soirée en soutien aux migrants – et il se trouve que je l’avais trouvé plutôt intéressant et pertinent. Tout ça avait donc du sens.

Alors de quoi est-il question sur cette pochette ? Qu’est-ce qu’elle nous dit ? On y voit une jeune femme noire, entièrement voilée (musulmane), handicapée (paraplégique), face à nous (regard vers l’objectif) photographiée entre deux rayons d’étagères d’une bibliothèque municipale (on reconnaît les étiquettes de classement sur les livres). Maintenant, en y regardant de plus près, on remarque qu’elle a choisi des ouvrages mais pas n’importe lesquels : We Want Freedom : une vie dans le Parti des Black Panthers (Le Temps des Cerises, 2006) de Mumia Abu-Jamal, célèbre prisonnier politique afro-américain enfermé dans le couloir de la mort depuis 1982 ; Une Révolte en toute logique : des banlieues en colère (L’Archipel des Pirates, 2006) un ouvrage collectif qui revient sur les émeutes de banlieues de 2005 ; Panthères Noires de Tom Van Eersel (L’Echappée, 2006) essai sur l’histoire du Black Panther Party ; Les Damnés de la Terre (édition de La Découverte de 2004) du révolutionnaire tiers-mondiste martiniquais Franz Fanon… Autant dire la bibliographie idéale du révolutionnaire anticolonialiste tendance marxiste.

 

livresML2

 

Alors question : n’y a-t-il pas là un contresens sémantique ? D’un côté une musulmane pratiquante, de l’autre des ouvrages révolutionnaires marxistes… Par ailleurs, qu’est-ce qu’est censé représenter ce personnage qui accumule les signes distinctifs : femme + noire + musulmane + handicapée : le symbole des minorités victimes de la domination blanche, masculine, raciste ? Une damnée de la Terre ? Et pourquoi une bibliothèque et des livres révolutionnaires ?

Je pense que la réponse se trouve dans le regard de cette femme qui nous interpelle sans baisser les yeux. Son regard est direct, fier, presque défiant. Il a l’air de nous dire « oui je suis noire, oui je suis musulmane, oui je suis voilée, oui je suis handicapée, mais cela ne m’empêche pas de lire et de penser, d’être fière, révoltée et même révolutionnaire ! ». Et c’est, il me semble, ce qui fait la force de cette photo qui rompt radicalement avec tous les clichés, racistes ou paternalistes, habituellement véhiculés par les médias. Une image forte qui renvoie dos à dos les islamophobes de tous bords, des fachos aux gauchistes orthodoxes et réac (oui on peut être voilée et de gauche…). Et en effet, pour Fanon mais aussi pour Malcolm X et pour ses héritiers – les Black Panthers – la religion et la révolution marxiste-tiers-mondiste n’étaient pas incompatibles.

Retenons surtout le titre de l’album : « Ensemble ». Et le nom du groupe « The People ». Tout un programme. Quand on sait par ailleurs que ce LP est paru le 13 novembre 2015 – le jour même des attentats de Paris – cette pochette prend un sens encore plus pertinent. Non aux amalgames et aux clichés, restons unis, ensemble…

© RD 2015

 

11952808_869647709784455_1316430026247138766_o

* * *

Dans une interview pour rapporteuz.fr le rappeur explique :

« Mon idée principale était d’imaginer le pire prototype humain qui pourrait vivre en France. Être une Femme plutôt que d’être un Homme, être Noir plutôt que d’être Blanc, Musulman que d’être Chrétien, Musulman voilé plutôt que Musulman non voilé, être handicapé physique. Aussi, on l’entend dans le morceau « Addition de handicaps », que la personne est séropositive. Donc sur la photo, elle est à la bibliothèque avec des livres à la main pour montrer qu’elle est instruite et engagée. Elle n’est pas un mouton : métro, boulot dodo. J’ai imaginé tous ces handicaps sur la même personne.

Et pourquoi j’ai changé le titre ? [au départ l’album devait s’intituler « Addition de handicaps »] Je savais que ça allait emmerder des gens et les fachos. C’est même fait spécialement pour eux. Mais que ce soit incompris de la part de gens qui sont concernés par cette pochette et qui pourraient soutenir le truc, ça m’a causé un problème en fait. J’ai un pote qui m’a dit je suis Noir, je ne suis pas handicapé. J’ai même un pote qui m’a dit que « ma sœur est voilée, ce n’est pas un handicap. C’est une force. ». Pourtant, je parle de handicaps sociaux. J’ai vu qu’il y avait une telle incompréhension de ceux qui sont concernés et censés soutenir le projet. Je suis assez bornés, je ne voulais pas changer le titre. Je me suis dis que si les gens ne comprennent pas, c’est que ça pose un problème et tant mieux, ça fait un débat. Je me suis dit, si ceux qui sont sensés comprendre et soutenir le comprennent à l’envers peut faire que les fachos vont aussi comprendre à l’envers et vont croire que c’est un mec de chez eux qui a fait ça, et qui dit regardez ces gens-là, ce sont des handicapés… Je me suis dit qu’est-ce qu’ils vont comprendre ? Ça m’a causé un problème et j’ai changé le titre.

Il y a toujours un morceau qui s’appelle « Addition de handicaps » [sur l’album], mais là t’as les paroles pour comprendre. Il n’y a pas de quiproquo possible. Le problème c’est l’image. C’est -à-dire que bientôt je vais mettre des affiches, et si les gens voient ça ils vont s’arrêter tout de suite. Ils vont dire c’est quoi ça ? C’est un truc de fachos, d’islamophobes. Ou à l’inverse, ils vont dire que c’est un truc de musulmans qui se prennent pour des victimes ».

12240111_899181986831027_6723924435689466784_n

pubAnalysesImages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *