Blaxploitation 70’s Soul Fever !

Un livre de de Julien Sévéon (Bazaar and Co, 2008, 192p. 19,50 euros)

Julien Sévéon, déjà auteur d’un Cinéma enragé au japon à succès (2006), a lancé chez Bazaar and Co une collection nommée Cinexploitation portant sur les films d’exploitation. Mais kesaquo les films d’exploitation ? Ben, ce sont des productions à petits budgets, tournées pour l’essentiel dans les années 50-70, explorant le plus souvent des sujets sensationnels (prisons de femmes, bikers, horreur, déviances en tous genres) abusant volontiers de la violence et de la nudité. En somme des films que l’histoire officielle et bien-pensante du cinéma a tout simplement ignorés. Comme le rappelle JS : « Tout un pan du cinéma s’est développé loin de l’histoire officielle du 7e art. Un monde fait de productions à petits budgets aux sujets sensationnels, osés, tabous ou extrêmes, dont les mots d’ordre étaient d’en mettre plein les yeux aux spectateurs. Redoublant d’ingéniosité pour satisfaire les exigences de la production tout en cherchant à offrir des films dynamiques et, parfois, novateurs, les réalisations de ces films destinés aux cinémas de quartier représentent, bien plus que leurs collègues établis, le vrai sang et la chair du 7e art. Cinexploitation veut rendre hommage à ce cinéma souvent décriée par la critique, et à celles et ceux qui ont passé leur vie pour qu’il se développe et existe. Bienvenue dans la face cachée du cinéma mondial ! ».

Programme alléchant s’il en est et, ma foi, contrat parfaitement rempli avec ce premier volume sur la blaxploitation (= films d’exploitation blacks). Le propos est érudit et passionné, le style alerte et inventif et le corpus imparable (comprenant des raretés comme Trick Baby, The Bus Is Coming, Black Gestapo…) – autant de partis pris qui ne doivent rien, au passage, à la doxa universitaire. Car Sévéon connait bien son sujet et parvient à restituer avec une certaine jubilation toute l’énergie spontanée de cette production atypique, brute de décoffrage, immorale au possible et, du coup, tellement peu « politiquement correct ». Bref, le bouquin se lit avec un réel plaisir et d’autant mieux qu’il est bourré de photos et d’affiches rares chinées aux quatre coins du monde. En attendant les prochains volumes, consacrés notamment au vigilante movies ou à l’œuvre de Roger Corman, n’hésitez pas, ruez-vous, vautrez-vous, et savourez secrètement – comme s’il s’agissait d’un petit plaisir illicite – ce Blaxploitation 70’s Soul Fever !

(R.D. 2009)

Extraits :

A propos de Willie Dynamite (G. Moses, 1974): « Bien que Willie Dynamite ne soit pas forcément le plus connu des films blax, il colporte à lui seul toute l’imagerie qui a fait la (mauvaise) renommée du genre. Des costumes fushia-fourrure-patte d’eph tellement flash qu’il faut porter une paire de lunette de soleil pour regarder le film (un triple hourra pour l’occasion au costumier Bernard Johnson qui a créé là les fringues les plus flamboyantes jamais vues à l’écran) ; un mac ultra-cool qui manipule les femmes comme un boulanger malaxe la pate ; des filles idiotes trop heureuses de se vendre… Cette production Universal est, pendant 80 minutes, une sublime glorification d’un maquereau déterminé qui n’a aucune compassion pour son prochain (un vrai mac, quoi). Puis, soudainement, durant les 20 dernières minutes, l’histoire change de tonalité et notre Willie Dynamite finit par revoir ses positions et quitter le monde interlope de la prostitution… L’homme responsable du film, Gilbert Moses, est un metteur en scène engagé issu du théâtre (il a notamment adapté une pièce de Melvin van Peebles). On pourrait donc être tenté de voir dans Willie Dynamite plus que ce qu’il y a en fait à l’écran. Notamment que le film est une critique du player way of life. Mais sa naïveté et la simplicité des deux parties qui constituent le film empêchent de véritablement prendre au sérieux le “message” que Moses pourrait être en train d’essayer de passer » (p. 52-53).

Sur Blacula (W. Crain, 1973) : « Après une scène d’ouverture affreusement cheap cherchant à reconstituer le célèbre château des Carpathes de Dracula et mettant en scène un Dracula risible, Blacula prend véritablement sa vitesse de croisière en s’installant dans le présent. Si l’idée initiale prête, bien évidemment, à sourire, la prestance et la classe se dégageant de William Marshall est telle que Blacula prend rapidement vie de lui-même, nous faisant même oublier que le film ne cherche qu’à copier un classique. Marshall, tout comme d’autres acteurs et actrices ayant œuvré dans la blaxploiation, réussit à intégrer quelques idées personnelles dans le scénario qui permettent au film d’éviter d’être un pur produit conçu par des Blancs pour un public noir. Ainsi, il fait de son personnage un prince africain cherchant à mettre fin à l’esclavage, alors qu’il ne devait à la base s’agir que d’un Noir lambda, sans y avoir aucune mention de l’esclavage » (p. 96).

Sur l’œuvre de Rudy Ray Moore : « Le cinéma hystérico-débilo-félé de Rudy Moore est un exemple unique d’humour noir. Il trouve ses racines et sa richesse verbale dans la rue. Moore joue sur un terrain qui est le sien, au croisement de Jim Kelly et de Benny Hill. Tout en étant un acteur important de la blaxploitation, Moore est toujours resté un outsider de ce courant, tout comme des one men show dont le public américain raffole tant. En tous cas, il a su porter un regard rigolard sur toute la veine de la blaxploitation et tourner quelques films qui, malgré leurs défauts, restent des références pour l’amateur. Une chose qu’on ne pourra en tous cas pas lui enlever, c’est son sens très sûr des costumes qui le place sur la planète funky-flashy dont il est le seul habitant » (p. 66).

One comment

  1. Regulator dit :

    Je possède le livre sur les vigilante-movies(mon livre de chevet,à une époque).

    Très intéressant et très instructif(d’autant que tous mes scénarios de films sont des vigilante-movies,parfois déguisés).

    Mon exemplaire est dédicacé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *