Revoir les films populaires : cinéma, pop-culture et société

Vient de paraître :

Revoir les films populaires : cinéma, pop-culture et société de Régis Dubois (2012), 228 p., 17 euros.

Analyser sans préjugé les films populaires en lien avec la société qui les produit, telle est l’ambition de ce livre qui évoque par exemple les raisons idéologiques du succès des comédies françaises comme Bienvenue chez les Ch’tis mais aussi la figure du prolétaire dans le cinéma hollywoodien, les films de Tarzan, la blaxploitation, le rock’n’roll raconté par le cinéma, les films grindhouse ou encore l’oeuvre de Martin Scorsese d’un point de vue socio-culturel.

Agrémenté de photos, ce livre compile les meilleurs articles écrits par l’auteur depuis dix ans, publiés dans diverses revues ainsi que sur le blog aujourd’hui disparu lesensdesimages.blogvie.com.

index

 

 

« La littérature cinématographique alternative étant rare, il est bon de voir ce genre de publications alternatives subsister. Régis Dubois est un touche à tout du septième art, à la fois journaliste, réalisateur de courts métrages, de documentaires, et enseignant. Depuis peu est disponible via le Sens des images un ouvrage regroupant bon nombre de ses textes publiés précédemment dans diverses revues (…) Une décennie de chroniques et d’articles allant de Day of the woman à X-Men, de Hal Hasby à Scorsese en passant par un des sujets appelés Tarantino est-il un imposteur ? ou L’Hollywood de Peter Biskind. » (Sylvain Perret, 1Kult.com, 09/2012)

SOMMAIRE

ARTICLES

A propos de « Identités et cultures :

politiques des cultural studies »

11

Encodage/décodage et lectures plurielles : l’exemple de 300

17

X-Men, pop-culture et politique

25

Bienvenue chez les prolos : le cinéma populaire français

et la lutte des classes

37

La classe ouvrière va à Hollywood

55

Martin Scorsese, l’infiltré

67

Tarzan à Hollywood : variations autour d’un mythe

81

La blaxploitation ou l’âge d’or du cinéma noir

93

L’histoire du rock’n’roll racontée par le cinéma

105

Harlem, ville noire :

le ghetto noir dans l’imaginaire cinématographique américain

121

Hollywood Parano : la drogue et le ciné US

131

Chroniques                                                                                  

La Nouvelle Babylone : la Commune de Paris (re)vue par le cinéma soviétique

Le Sel de la terre, film prolétarien américain

Le Rendez-vous des quais « oublié » par l’histoire

High School Confidential (« Jeunesse droguée », Jack Arnold, 1958)

Sweet Sweetback’s Baadasssss Song : le Black Power classé X

Emeutes à Los Angeles : blaxploitation et politique

Double programme bis millésime 1975 : Ilsa la louve des SS et La course à la mort de l’an 2000… ou le cinéma bis expliqué à mon fils

Day of the Woman (Meir Zarchi, 1978) : Rape, Revenge et féminisme

Hal Ashby, un hippie à Hollywood

Les 10 meilleurs films grindhouse qu’il faut avoir vus avant de mourir !

10 films instructifs à (re)voir pour réviser l’histoire du cinéma (américain)

Des Oscars noirs en réponse au 11 septembre

Quand le rap fait son cinéma… à propos du cinéma new jack

Que sont les réalisateurs noirs devenus ?

Fahrenheit 9/11 : retour sur une polémique

A History of Violence, la part d’ombre de l’Amérique

Violent Days ou Elvis au pays de Zola

Camping, les beaufs, la critique et la domination symbolique

Tarantino est-il un imposteur ?

L’Hollywood de Peter  Biskind

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *