Chéribibi, revue alternative de culture populaire

Quelle bonne surprise que cette petite revue découverte presque par hasard ! Il faut dire qu’il n’est pas courant de tomber sur un zine de qualité traitant exclusivement, et avec intelligence et respect, de la culture populaire.

Mais de quoi est-il donc question ici ? Chéribiquoi ? Oui, c’est vrai que le truc reste quand même assez énigmatique au premier abord… D’abord parce que Chéri-Bibi, héros de roman populaire du début du XXe siècle, n’est plus vraiment à la page. Ensuite parce qu’il faut prendre un peu de recul pour lire et comprendre la couverture de ce numéro 4 paru en mai dernier (2009) et consacrée aux Black Panthers. Du coup, les écueils sont nombreux avant d’arriver à feuilleter ladite revue (diffusée par-ci par-là, chez quelques libraires spécialisés ou disquaires engagés), mais le détour en vaut la peine.

Chéribibi aligne en effet 96 pages de textes variés et décapants accompagnés d’une iconographie riche et soignée (N&B et couleur), le tout imprimé sur papier recyclé agréable au toucher (et si, c’est important). Bref, l’objet en lui-même vaut déjà les 5 modiques euros d’achat. Et puis, il y a tout le reste, le thème du dossier notamment qui explore la richesse de la culture pop impulsée par les Black Panthers à travers la musique, le cinéma (article passionnant signé Foxy Bronx), les affiches, la littérature… Et puis il y a le ton décontract’ et le style rentre-dedans, les rubriques incontournables et l’esprit libertaire… Et la bonne nouvelle, c’est qu’il existe trois autres numéros déjà parus (mais pas encore lus) fonctionnant sur le même principe, dont un sur les westerns zapata et un autre sur les films de kung-fu, le tout toujours porté par un esprit frondeur tendance skin-ska-punk-CNT… En atteste ces quelques exemples de titres d’articles particulièrement savoureux et alléchants : “Kung-Fu & praxis révolutionnaire, la preuve est faite : Bruce lit Marx et Jackie chante l’internationale” ou “Summertime Blues : Syndicaliste révolutionnaire, Eddie Cochran chante contre le salariat !” ou encore “Le western zapata : quand le western italien cause de révolution mexicaine et de lutte des classes, il s’agit de courir plus vite que les balles gringo !”. Bref, vous l’aurez compris, la revue gagne à être lue et connue, même si, de mon point de vue, une petite ambiguïté reste à éclaircir au sujet de son positionnement culturel. J’en veux pour preuve l’édito du numéro 1, reproduit ci-dessous, qui fustige la “culture de masse”. Mais que sont les westerns spaghettis, les films de kung-fu et les films blax’ sinon de purs produits de la culture de masse ? Pour le reste, total R.E.S.P.E.C.T.

R.D. (2009)

—————————————————————–

You can get it if you really want !

Edito de Chéribibi number ouane, avril 2007

Populaire: Qui appartient au peuple, qui concerne le peuple, issu du peuple” (dictionnaire Larousse)

La culture populaire est trop souvent confondue avec ce qu’elle n’est pas.
Elle n’est pas de «l’animation sociale» institutionnellement commanditée pour désamorcer la légitime colère du populo en lui faisant faire des graffitis en spaghetti prônant la paix sociable sur la blême façade de la cité où on l’a parqué.

Elle est encore moins cette « culture de masse » fabriquée à la chaîne par l’industrie spectaculaire moderne, formidable machine de guerre envers les expressions authentiquement populaires qui, dès qu’une recette peut en être dégagé, sont pillées à des fins de récupération purement mercantile. Née de la vie quotidienne, souvent connue sans être toujours reconnue,elle ne saurait être cette bouillie consensuelle qui martèle des modèles de vie prédéterminés, une vision aseptisée de la musique, du cinéma, du théâtre, de la littérature, une image préfabriquée du réel dans une méfiance absolue envers tout hors champ et toute marge qui ne rentre pas dans les cases.
Non, qu’elle vienne d’Afrique ou d’Asie, de la Jamaïque ou de la banlieue de Paris, la culture populaire est trop jubilatoire pour être fabriquée en laboratoire.

Polar dévoré dans le métro, pochoir croisé sur la route du boulot, groupe punky reggae du petit dernier ou souvenirs de bal musette transmis par une grand-mère ouvrière, la culture populaire prend les formes les plus variées. Encore faut-il la remarquer, la promouvoir et la diffuser. Il apparaît donc nécessaire de lui rendre justice, qu’elle soit contemporaine ou d’un autre siècle, tombée dans l’oubli ou au mieux reléguée au second plan par les historiens… voire -horreur- considérée comme le summum du « kitsch » par une petite élite snobinarde en mal de sensations épicées.

Zonard curieux (ou curieux zonard?), le ChériBibi dérive dans les recoins malfamés où ne s’aventure guère la lumière blafarde des lampadaires médiatiques.
Du rock’n’roll au reggae en passant par la littérature de gare, le cinéma de genre, le théâtre de rue, la bande dessinée et l’illustration, il cause de ce qui appartient, de fait, à tous et à toutes. Car reconnaître le statut exceptionnel des multiples créations de la vie quotidienne, en explorer les innombrables aspects, c’est permettre à tout un chacun de prendre conscience qu’il est l’acteur de sa propre culture.

Par les mots et par l’image, la volonté de ces pages est de rendre hommage à cette créativité qui ne s’est pas façonné dans les officines publicitaires mais dans les rues d’ici ou d’ailleurs, dans les champs de coton plutôt que dans les salons, dans les faubourgs de Kingston en 1969 ou à Roubaix le mois dernier.
C’est à la fois le tribut que nous entendons payer à nos aînés -des pionniers du roman-feuilleton à ceux du rhythm & blues- autant que la visibilité que nous souhaitons apporter à tous ceux et toutes celles qui, aujourd’hui, font vivre la culture populaire malgré la pression écrasante des chantres de la malléabilité des cervelles.

Qu’on se le dise, ChériBibi, revue « transgenre » paraissant approximativement tous les 6 mois sauf en cas d’insurrection généralisée ou de guerre bactériologique déclarée, entend bien briser les consensus, écarter les œillères, faire déborder les marges, désenclaver les cultures populaires et mettre un grand coup de latte dans la fourmilière d’une presse spécialisée à outrance où la variété des titres ne cache que le conformisme de la pensée.
Si la culture est une arme, nous entendons bien en être la gâchette.

« Qui qui fait sauter tout l’fourbi ? C’est Chéri-Bibi ! C’est Chéri-Bibi ! »

>>> le site de Chéribibi : le Chéribiblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *