Melvin Van Peebles et la révolution Sweet Sweetback’s Baadasssss Song

Melvin Van Peebles (1932-2021) vient de nous quitter. Personnage iconoclaste indissociable des années « black power », il restera pour toujours associé à un film-culte, le révolutionnaire Sweet Sweetback’s Baadasssss Song (1971), le film manifeste du cinéma noir indépendant qui est aussi l’un des films-clés de l’histoire du cinéma américain. Peu d’œuvres depuis sont allées aussi loin dans l’expression et la théorisation d’une esthétique noire, dans la contestation du système (américain et hollywoodien) et dans la provocation et la subversion. À sa sortie, le film reçoit un accueil extraordinaire de la part des jeunes des ghettos et fait l’effet d’une bombe. Hollywood, après avoir découvert le jeune public hippie des campus avec Easy Rider (1969), prend alors conscience avec Sweetback de l’importance du jeune public noir des ghettos et se lance aussitôt dans la production massive de films black commerciaux, donnant ainsi naissance à ce qui allait devenir la « blaxploitation ».

Par Régis Dubois

Read more

Interview de Jack Hill

(Détail de la couverture de l’ouvrage de
Calum Waddell paru en 2008)

Pour les besoins de mes recherches sur le cinéma d’exploitation, j’ai eu le plaisir de m’entretenir tout récemment par email avec M. Jack Hill (88 ans !), scénariste et réalisateur d’une poignée de bobines cultes des seventies, notamment les WIP The Big Doll House (1971) et The Big Bird Cage (1972) ; les blax’ Coffy (1973) et Foxy Brown (1974) ; le film de « pom-pom girls » The Swinging Cheerleaders (1974) ou encore le JD’s Les Loubardes (1975). Que du lourd ! Malheureusement, passé l’âge d’or du cinema drive-in et grindhouse des fabuleuses années 60’s-70’s, Hill n’a plus pu tourner un seul film, et ce depuis maintenant 40 ans… Une sacrée injustice pour quelqu’un qui a débuté aux côtés de F.F. Coppola et largement inspiré Tarantino. Je l’avais déjà croisé il y  a 20 ans, en 2000, à Paris sur le plateau d’une émission de CanalSat consacrée à la blaxploitation (mon premier passage télé…). Il m’avait alors paru humble et abordable. Il l’est resté. C’est donc avec plaisir que je partage ici ce petit entretien réalisé en mars 2021.  

Read more

La masculinité noire dans le cinéma américain

Par Régis Dubois

(Résumé d’une visioconférence organisée dans le cadre du cours de M. Mehdi Derfoufi intitulé « Le spectacle du Mâle » – Université Paris 8, département d’études de genres)

Ken Norton dans Mandingo (1975) [domaine public]

Le masculinité noire a toujours été un enjeu de premier ordre dans les films américains, qu’ils aient été le fait de réalisateurs blancs ou noirs. De sorte que le corps de l’homme noir a sans doute été plus que tout autre le réceptacle des phobies et fantasmes de l’Amérique.

Commençons par rappeler qu’au sein de la psyché blanche le corps noir fait peur, il constitue une menace aux yeux de l’homme blanc.

Read more

L’histoire du rock racontée à travers les biopics

Jimi Hendrix en 1968 (ph. Steve Banks) [CC BY-SA 4.0]

L’annonce de la sortie prochaine de Stardust (Gabriel Range, 2020) retraçant le début de la carrière de David Bowie nous offre l’occasion de nous replonger dans l’histoire du rock racontée par le cinéma à travers 13 biopics incontournables – et cependant plus ou moins recommandables. Dans la continuité de nos deux précédents articles intitulés « l’histoire du rock’n’roll racontée par le cinéma » et « l’histoire des Beatles racontée par le cinéma », voici donc l’histoire du rock et de la pop racontée à travers les films retraçant la vie de rock stars des années 60 aux années 90, balayant ainsi quatre décennies de styles musicaux depuis le doo-wop jusqu’au grunge en passant par le rock psyché, le glam, le punk, le métal ou encore la cold wave.

Read more

Des Blancs toujours obstinément aveugles aux stéréotypes sur les Noirs

(détail d’une affiche raciste diffusée aux Etats-Unis en 1866 – domaine public)

Par Régis Dubois

Je suis un homme blanc de 46 ans. J’ai grandi près de Marseille dans un milieu modeste, aussi bien économiquement que culturellement parlant. Je suis ce que l’on appelle un boursier (ou un transfuge de classe) qui a obtenu un Doctorat en Lettres et Sciences Humaines et qui a consacré ses recherches à la question de la représentation des minorités dans le cinéma, et en particulier des Noirs (Afro-américains et Afro-français). Venant d’un milieu socialement dominé, ayant subi une manière de domination symbolique au cours de mes études et dans la vie, j’ai senti le besoin de déconstruire le discours dominant et de comprendre les mécanismes de dominations quels qu’ils soient, de classe, de genre et de « race ». Cette démarche m’a notamment emmené à m’intéresser aux stéréotypes sur les Noirs et, plus récemment, au film Intouchables sorti en 2011 – plus grand succès de l’histoire du cinéma français. J’ai publié un ouvrage intitulé Les Noirs dans le cinéma français, de Joséphine Baker à Omar Sy (LettMotif, 2016) et c’est la raison pour laquelle j’ai été interviewé en 2017 par un journaliste de France Culture pour le reportage « Ecrans noirs : Quelles images de la diversité nous proposent la télévision et le cinéma ? » (29/08/2017). Deux ans plus tard, l’émission a été de nouveau diffusée. A cette occasion, la page facebook de la radio a publié le post qui suit avec un lien vers le podcast du programme en question (le 17/10/2019).

Read more

Star Wars : lecture politique

Récemment j’ai revu d’une traite (avec mes enfants) la prélogie de Star Wars – comprenez les épisodes I, II et III produits entre 1999 et 2005. A l’époque de leur sortie, je les avais quelque peu boudés. J’avais trouvé La Menace fantôme trop insipide et puéril, trop Disney, comparé à la noirceur shakespearienne de L’Empire contre-attaque que j’avais vu en salle à l’âge de 7 ans, en 1980. Mais de les revoir ainsi à la suite, j’ai trouvé cette trilogie finalement plutôt intéressante et même très « adulte ». La manière dont Lucas nous démontre en effet comment un système démocratique peut basculer du jour au lendemain dans le totalitarisme « en douceur » m’a pour le moins convaincu. D’autant que j’y ai décelé beaucoup de références à l’histoire passée et récente, de l’avènement du Troisième Reich en Allemagne en 1933 au glissement liberticide de l’Amérique post-11 septembre.

Read more

Hamburger film sandwich, des Nuls aux Inconnus

The Kentuky Fried Movie (Hamburger film sandwich) de John Landis (1977)

Le film débute par un journal télévisé dans lequel le présentateur annonce des informations quelque peu insolites avant qu’un gorille emmené sur le plateau pète littéralement les plombs et saccage tout quand on le présente comme impuissant. Puis nous passons à une fausse pub, puis à une bande-annonce de film érotique, etc.

John Landis, futur réalisateur des Blues Brothers (1980), du Loup-garou de Londres (1981) et d’Un fauteuil pour deux (1983) – mais aussi des clips Thriller (1983) et Black or White (1991) de Michael Jackson – débuta précocement dans le métier dès l’âge de 21 ans par un petit film autoproduit intitulé Schlock (1971) racontant l’improbable histoire d’un gorille « évolué » semant la panique dans une petite ville de Californie.

Read more

Rosie la riveteuse : itinéraire féministe

« La Véritable Histoire de Rosie la riveteuse : Itinéraire féministe » de Catherine Mallaval et Mathieu Nocent (Librio, 5 euros, parution le 16/10/2019)

Heureuse initiative que ce petit ouvrage qui s’interroge sur la popularité de cette affiche de propagande connue sous le titre de « We can do it ! » (a.k.a « Rosie la riveteuse ») datée de 1943, très peu vue à l’époque de sa création et mise au placard quarante années durant, avant de devenir une icône féministe planétaire au XXIe siècle. Nous avions analysé cette image dans un article de ce site – paru aussi dans notre ouvrage Analyses d’images : publicités, photos, affiches, pochettes… – que les auteurs citent d’ailleurs longuement (merci à eux !) dans la partie « Rosie, icône pop ». Hormis ce chapitre consacré à l’image en elle-même, d’autres parties tout aussi intéressantes, nous renseignent sur le contexte de la naissance de cette illustration (qui, quand, où ?), mais aussi sur son histoire à travers les décennies – sa résurrection en 1984 puis sa diffusion massive à l’ère d’Internet – et sur ses détournements et déclinaisons modernes, pour essayer de comprendre comment une simple affiche anodine a pu devenir un porte-étendard du combat des femmes (et des minorités) à travers le monde. Rare, à notre connaissance, sont les ouvrages à analyser ainsi, en détail et dans toutes ses dimensions, une image issue de la pop-culture. Nous ne pouvons donc que conseiller ce livre à tous ceux qui s’interrogent sur l’importance et le sens des images dans notre société. R.D.

Spike Lee, un cinéaste controversé

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est couvSpikeLee-634x1024.jpg.

Spike Lee, un cinéaste controversé de Régis Dubois (éd. LettMotif, 2019, 174 p., 22 euros)

PRESENTATION DE L’EDITEUR

Spike Lee, l’enfant terrible du cinéma afro-américain, est depuis ses débuts en 1986 autant connu pour l’originalité de son cinéma que pour ses coups d’éclats médiatiques. Baptisé « le Noir le plus en colère d’Amérique » à l’occasion de la sortie de Malcolm X (1992), il n’a eu de cesse tout au long de sa carrière d’entretenir la polémique. Avec des œuvres engagées comme Do the Right Thing, Jungle Fever, The Very Black Show ou BlacKkKlansman, mais aussi des films moins controversés tels He Got Game, La 25e heure ou Inside Man, il aura marqué de son passage la grande histoire du 7e Art. Et pourtant, à ce jour, aucune monographie française évoquant l’ensemble de son oeuvre n’est parue en libraire. Ce livre a ainsi pour but de corriger cet oubli en revenant sur toute l’oeuvre du cinéaste pour lui redonner la place qui lui revient au centre de l’historiographie du cinéma américain, avec la secrète intention de rappeler aux plus jeunes combien son rôle de pionnier fut décisif dans l’émergence d un cinéma noir américain.

Read more

Martin Scorsese, l’infiltré : une biographie

9782369427766-475x500-1

Martin Scorsese, l’infiltré : une biographie de Régis Dubois (Nouveau Monde, 2019 – 300 p., 19,90 euros)

PRESENTATION DE L’EDITEUR

Cinquante ans de carrière, 25 longs métrages – récompensés par 20 Oscars et une Palme d’or – et 10 documentaires : Martin Scorsese est l’un des cinéastes-phares de l’histoire du cinéma moderne. Lui qui un jour confia « je suis les films que je fais » s’est raconté tout au long de son œuvre, riche et multiforme, au travers de chefs-d’oeuvre comme Mean Streets, Taxi Driver, Raging Bull, Les Affranchis, Casino, Les Infiltrés, Le Loup de Wall Street ou encore The Irishman.

Read more